Un oeil sur Wolfenstein : The New Order (PC, PS3, PS4, X360 & XOne)

Créé le samedi 21 mars 2015 Écrit par SunKen

Je vais vous parler d’un jeu qui fait appel à mon enfance, mais pour sa version moderne : Wolfenstein : The New Order. Wolfenstein 3D fait partie des premiers FPS auxquels j’ai joué et autant dire qu’à l’époque il valait son pesant d’or. Avant que quelqu’un ne crie, il y a eu deux autres jeux utilisant la licence qui sont sortis entre ces deux titres. Ils étaient assez réussis, mais j’en parlerai peut-être une prochaine fois. Je me suis donc jeté sur la version next-gen mais sur PC. Puisque pour moi, un FPS se doit d’être joué sur un PC et pas sur une console, bien que Far Cry 4 sur PS4 m’a presque fait changer d’avis.

 

Il faut sauver le soldat Blazkowicz

Il y a eu beaucoup de FPS qui ont emprunté la seconde guerre mondiale comme terrain de jeu. Mais je dois avouer que la saga Wolfenstein reste la plus jouissive. Si on reprend le premier du nom, il fallait tout simplement se rendre jusqu’à Hitler pour le tuer. Hormis Sniper Elite 3 qui vous le propose en DLC, peu de jeux l’ont proposé. Vous me direz qu’il s’est suicidé donc impossible de le faire, sauf dans Wolfenstein car les développeurs ont toujours eu à cœur de créer un contexte historique complètement décalé où l’Allemagne du Reich gagne la guerre et règne sur le monde, voire plus…

Comme dans chaque opus, on incarne le lieutenant Blazkowicz, qui désire plus que n’importe qui se débarrasser des nazis. Dans New Order, l’histoire nous envoie attaquer un château où se cache un des lieutenants d’Hitler. Mais manque de chance le lieutenant Blazkowicz est laissé pour mort avec un cerveau qui déconne. Malheureusement sa convalescence va laisser beaucoup de temps aux nazis pour étendre leur pouvoir (14 ans quand même!). Il est donc normal qu’une fois en pleine forme, celui-ci veuille rattraper le temps perdu et tuer un maximum d’ennemis. Bien évidemment cela se fera dans la joie et les gerbes de sang, car un Wolfenstein sans hémoglobine et tripes n’en serait plus un, ni sans nazis complètement dingues. Le lieutenant va en croiser plusieurs qui sont carrément fous, dépourvus d’humanité et sadiques. Chaque rencontre sera mémorable avec des clins d’œil assez inattendus, comme lorsqu’on vous demande de répondre à des questions pour savoir si vous êtes allemand et favorable aux nazis, qui m’a fait penser à Blade Runner.

 

I Robot

Le jeu va nous amener à visiter plusieurs lieux comme un hôpital en Pologne, un camp de prisonniers ou encore un sous-marin. Mais ce qui marque le plus est le fait que chaque coin qu’on visite a été remanié à la sauce germanique, comprenez plein de croix gammées et d’aigles. Une vision de ce qu’aurait pu être le monde envahi par les nazis en somme. Le plus flippant reste les avancées technologiques qui se traduisent par la rencontre de beaucoup de méchas. Sous la forme de chiens cyborgs, de soldats dans des armures blindées, de robots avec un cerveau humain ou de machines de guerre faisant la taille de la tour Eiffel. Heureusement que Blazkowicz est bien armé pour les affronter et peut aussi en prendre le contrôle par moment.

Justement parlons de ce qui est à sa disposition pour buter du nazi. Il y a un joli couteau, des pistolets (avec silencieux), des mitrailleuses, de shotguns, des lances missiles, des grenades… Enfin de quoi faire exploser un continent. Mais ce couteau interpelle quand même, car Wolfenstein est plutôt une boucherie appelant des armes bien lourdes pour mettre en charpie tout ce qui bouge. Il s’avère pourtant particulièrement pratique car certains ennemis doivent être éliminés silencieusement : les officiers. Ces gentils officiers ont à leur disposition une radio, leur permettant d’appeler du renfort, beaucoup de renfort… Il vaut donc mieux les éliminer tranquillement avant de sortir l’artillerie lourde. Cependant le level design invite toujours à choisir entre l’infiltration et le bourrinage. D’ailleurs une autre arme invite à l’infiltration, il s’agit du pistolet laser. Il sert à tuer mais aussi à découper des pans de murs et à passer par des endroits détournés. Et autant être honnête, devant 3 méchas qui peuvent être passées sans tirer ou les affronter de face, on y réfléchit à deux fois. Mais si on choisit de les affronter de face, le jeu vous donnera toujours assez de munitions pour le faire. Sauf pendant certaines missions ou les munitions sont comptées, mais pour des raisons scénaristiques et pour faire monter un peu la pression.



Alors que penser de Wolfenstein : The New Order? Et bien pour moi il s’agit d’un bon jeu, défouloir par moment mais surtout avec une histoire qui tient la route et qui donne envie d’avancer pour en connaître la suite. Sans oublier que les personnages qu’on rencontre sont presque tous intéressants, qu’ils soient alliés ou ennemis. Bien que les ennemis m’aient vraiment marqué par leur personnalité et les situations dans lesquelles on les rencontre. Maintenant je trouve dommage que l’IA ne soit pas meilleure lorsqu’on est en infiltration, on pourrait presque passer devant sans qu’ils nous voient. Et à moins d’avoir une quarantaine d’ennemis nous prenant pour cible, il est difficile de mourir, sauf en cas de méchas droit devant.

 

Ajouter un Commentaire


Copyright © 2009-2017 Gamersbay.fr. Tous droits réservés.
Powered by Joomla 1.7 Templates